mardi 31 mai 2016

Compte rendu - Mai 2016

Chaque séance se déroule toujours de la même façon : dans une première partie les membres du club discutent du livre du mois qu'ils ont tous lu et dans une seconde partie chacun présente ses lectures récentes et en cours. Le tout dans une ambiance conviviale, bien sûr !
Voici donc un résumé de la séance du 30 mai 2016 traitant de :

Le Journal intime d'un arbre de Didier Van Cauwelaert

Le livre du mois

Le moins que l'on puisse dire c'est que ce livre a suscité des débats !

Tristan est un poirier plus que centenaire qui vient de tomber. Il était le confident et l'ami de toutes les personnes qui ont interagies autour de lui. Avec cette chute, il ne sait pas ce qu'il va devenir : va-t'il mourir ? Va-t'il continuer à vivre à travers ses buches ?

La plupart des membres ont bien aimé ce livre et notamment l'idée originale de "faire parler" un arbre. 

La talentueuse plume de Didier Van Cauwelaert a été saluée par un bon nombre de participants. Cependant, certains ont été gênés de voir une narration en deux parties : avant et après la chute de Tristan. Dans la première, le rythme est fluide et la compréhension simple mais dans la seconde, les éléments sont moins reliés et détaillés rendant le tout beaucoup plus saccadé.

L'histoire a proprement parlé a plu à la plupart des membres du club, bien que certains éléments ont semblé "tirés par les cheveux". De nombreuses références historiques viennent étayer le récit. Elles ont permit aux lecteurs les moins conquis de tenir jusqu'au bout.

Il nous a beaucoup fait réfléchir (et débattre !) sur notre évolution en temps qu'êtres humains : Avons-nous perdu certains moyens de communication par facilité ou par nécessité ?
Sommes-nous en train de renier notre passé par fainéantise ?
Que pouvons-nous faire pour ne pas arriver au même point que le futur décrit à la fin du livre ?

Nous n'avons pas réussi à nous mettre d'accord sur ces points... Et ce n'est peut être pas plus mal !


Les lectures des membres




Prochaine séance le lundi 27 juin avec Misery de Stephen King

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire